[Publication] Les catégories religieuses et séculières de la martialité

Le dossier sur « les catégories religieuses et séculières de la martialité » s’organise autour de quatre enquêtes historiques et anthropologiques, conduites en Inde, en Chine, au Japon et en Indonésie. La martialité y apparaît comme une notion englobante qui permet d’inclure des termes plus spécifiques, la « guerre », le « militaire », les « arts martiaux », par une approche comparée au sein des mondes sociaux différents dans lesquels ils se déploient. Il s’agit aussi de décrire les processus sociaux de longue durée par lesquels les sphères du religieux et du politique s’autonomisent l’une à l’égard de l’autre, au prix du développement de traitements en apparence paradoxaux du registre guerrier qu’elles ont en commun.

Continuer la lecture

[Publication] Where Martiality and Religion Meet: Health, Sport, War

L’équipe de l’axe de l’IrAsia (UMR7306) « Transmission des savoirs, savoir-faire, et orientation des valeurs sociales » a le plaisir d’annoncer la publication du numéro spécial no 12 de la revue Martial Arts Studies (Cardiff University Press) du printemps/été 2022, intitulé Where Martiality and Religion Meet: Health, Sport, War. Le numéro est dirigé par Gabriel Facal (CASE et IrAsia) et Laurent Chircop-Reyes (CEFC, CECMC et IrAsia). 

Continuer la lecture

[Colloque] “L’art martial javanais pencak” Jean-Marc de Grave

Conférence “L’art martial javanais pencak : implications sociales, historiques et techniques (respiration, yoga et thérapie)” par Jean-Marc de Grave, le vendredi 07 janvier 2022 de 15h à 16h30, au musée du quai Branly (Paris) :

“Des communautés religieuses hindo-bouddhistes isolées aux fédérations indonésiennes, en passant par les écoles coraniques, l’histoire sociale du pencak sera ici évoquée et complétée d’un exposé, d’extraits de films et d’une démonstration sur les techniques utilisées”.

Dans le cadre de l’exposition “Ultime Combat. Arts martiaux d’Asie“.

[JE] – L’espace social du politique, du religieux, et de l’environnement

Journée d’Etude internationale

16 et 17 décembre 2021

IRASIA, Axe n° 5, Université d’Aix-Marseille

Résumé

Des concepts comme ceux de sociocosmie ou d’espace social font curieusement peu école alors qu’ils sont au cœur même des questions du rapport « environnement-société ». Partant de ce constat, nous proposons ici de réfléchir à ce que leur apport conceptuel nous renseigne des relations et des pratiques socio-environnementales en perspective avec la situation actuelle, en abordant des aspects importants du social comme les logiques de territoire, d’espace et de milieu, les temporalités ou les modes relationnels comparés. La question qui se pose est celle de savoir ce que les populations concernées valorisent le plus dans leurs conceptions et leur organisation sociale à partir du moment où la « nature » n’est pas pour eux un objet extérieur, mais un environnement social, cosmologique, idéologique et politique, partie prenante de l’espace-temps social. Ce faisant, il s’agit donc de prendre aussi en considération les dimensions cosmo-politiques du social, à savoir : où est passée la dimension politique des sociétés « proches de la nature » et que nous révèlent les réponses à cette question. La journée d’étude invite ainsi à réfléchir aux limites de l’analyse sociologique, au niveau des catégories que nous utilisons, mais aussi – et finalement surtout – au niveau de l’évolution des catégories vernaculaires.

Continuer la lecture

[JE] Brigandage(s) au carrefour des Empires

Pour citer ce billet : ” [JE] Brigandage(s) au carrefour des Empires : Dynamiques locales et enjeux impériaux en Asie du Nord-Est, XIXe-XXe siècles”, par Laurent Chircop-Reyes et Edouard L’Hérisson, sur Transmission, savoirs, savoir-faire et valeurs sociales, Open Edition, Hypothèses, le 2 juin 2021.

Continuer la lecture

[Publication] Création d’une revue pluridisciplinaire sur le Japon

Wasshoi ! Interdisciplinary Magazine on Japan, est un projet né au printemps 2020, porté par un groupe international de jeunes chercheurs en études japonaises. Les articles qui y sont publiés ont pour vocation d’associer l’expertise propre du monde académique à une approche à tendance vulgarisatrice des sujets abordés. La revue présente ainsi à chaque numéro un article écrit par un enseignant-chercheur ou un chercheur, ainsi qu’un article bilingue anglais-japonais.

Continuer la lecture

Commentaire sur “Revenir à l’histoire”, conférence de Michel Foucault

Pour citer ce billet : « Commentaire sur « Revenir à l’histoire », conférence de Michel Foucault », par Edouard L’Hérisson, publié sur Transmission, savoirs, savoir-faire et valeurs sociales le 26 novembre 2020.

Référence du texte : Foucault, Michel, « Revenir à l’histoire », conférence du 9 octobre 1970, université de Keiō (Japon). Texte revu par M. Foucault et publié sous le titre « Rekishi e no kaiki 歴史への回帰 » dans le deuxième numéro de Paideia le 1er février 1972, p. 45-60 ; puis en 1994 dans le tome 2 des Dits et écrits, 1970-1975. Paris : Gallimard, p. 268-281. Texte disponible en ligne : http://1libertaire.free.fr/MFoucault175.html

 

Ce texte est tiré d’une conférence effectuée par Michel Foucault le 9 octobre 1970 à l’université de Keiō. Elle a pour thème central les rapports entre l’anthropologie et l’histoire, plus particulièrement entre le structuralisme et l’histoire. À cette époque, Foucault vient d’être élu au Collège de France et a publié L’Archéologie du savoir en 1969. Il est donc dans sa période d’analyse épistémologique des discours entamée en 1966 par Les Mots et les choses, et dans ce que l’historien Paul Veyne nomme une « fièvre structuraliste et linguistique » (Veyne 1978, p. 385).

Continuer la lecture

[Publication] Les vagabonds et la dette

Les Vagabonds et la dette. L’éducation au Cambodge en milieu rural

par Steven Prigent, Les Indes savantes, 2020.

Cet ouvrage, fondé sur une série d’enquêtes menées dans un village de la province de Kompong Cham entre 2008 et 2016, porte sur l’éducation des enfants dans le Cambodge rural contemporain. Quel « sentiment de l’enfance » partagent ces familles de riziculteurs ? Quelles théories et pratiques éducatives ont cours dans les maisons, les monastères et les salles de classe ? Quelle vie sociale déploient les garçons et les filles sur les chemins du village, dans la cour de récréation ou à travers champs ? Ancrée dans l’anthropologie de l’ordinaire, cette étude vise à traduire l’économie morale de l’éducation partagée par les paysans khmers et s’organise autour du problème du « vagabondage » des enfants.

Ce livre interroge également le devenir des enfants du village en étudiant le parcours de leurs frères et sœurs aînés, dont la grande majorité a quitté l’école avant la fin du collège pour privilégier le salariat non qualifié. Les usines de confection et les chantiers de construction, les petits emplois de service, l’espoir de migration ouvrière en Corée du Sud, le travail féminin dans les bars et la vie monastique concernent aujourd’hui une large frange de la jeune génération paysanne cambodgienne, outre l’activité de riziculture.

Lien : http://www.lesindessavantes.com/ouvrages/24759

[Séminaire IrAsia] Deflecting responsibility. Spirits and “systems” in Southeast Asia and Western modernity

Vous trouverez ci-dessous les informations concernant la prochaine séance du séminaire de l’IrAsia qui se déroulera en distanciel le 06/11/2020 à 14h.

La séance est dirigée par Jean-Marc de Grave qui a invité le Professeur Guido Sprenger (Institut für Ethnologie, Universität Heidelberg, Centre of Asian and Transcultural Studies).

Titre de l’intervention et résumé :

Deflecting responsibility. Spirits and “systems” in Southeast Asia and Western modernity

Abstract: While many anthropological studies of responsibility have been concerned with the ways blame is traced to a human person that is made accountable, the deflection of responsibility to non-humans that are not accountable has been neglected. However, this occurs in both modern and non-modern contexts. Rmeet in Laos may deflect responsibility for wrongdoing to spirits who temporarily take over a person. Western-modern societies, in contrast, suggest the delegation of responsibility to functional wholes – the “system”, the “market”, “nature”, etc. In both cases, concepts of personhood condition the shape of the non-humans emerging from the refraction of agency. Among Rmeet, these non-humans by default take the shape of persons organized in part-whole relationships. The model found in modernity, however, assembles these refracted actions into object-like “systems” with intrinsic, non-negotiable rules. Both depend on the way cosmological hierarchies relate to society.  Continuer la lecture

Atelier « Parent education and (non-)schooling», 10e Congrès international de l’EuroSEAS

Pour citer ce billet : “Workshop ‘Parent education and (non-)schooling’, 10th International Congress of EuroSEAS”, by Steven Prigent and Juliette Sendra, published on Transmission, savoirs, savoir-faire et valeurs sociales: https://nyantri.hypotheses.org/619

The 10th International Congress of the European Association for Southeast Asian Studies (EuroSEAS) was held in Humboldt University (Berlin) from 10 to 13 September 2019. During this event, Steven Prigent and Juliette Sendra organised a workshop entitled « Parent education and (non-)schooling » in which Jean-Marc de Grave (Institut de Recherches Asiatiques) and Nolwen Henaff (Centre Population et Développement) participated.

The panel proposed to study the relationships of families to school institution. In that way, the participants were conveyed to pay attention to educational practices and (non) school enrolment family strategies of children and teenagers within a broad educational context (school and non-school). Continuer la lecture

Commentaire sur Les mots et les choses et L’archéologie du savoir de Michel Foucault

Pour citer ce billet : « Commentaire sur Les mots et les choses et L’archéologie du savoir de Michel Foucault », par Steven Prigent et Edouard L’Hérisson, publié sur Transmission, savoirs, savoir-faire et valeurs sociales le 29 septembre 2020

 

Introduction

Le discours

Si un collègue me demandait, à la terrasse d’un café, « de quoi ça parle ? », Les mots et les choses et L’archéologie du savoir, je commencerais par ressentir quelques sueurs, puis je me lancerais, en disant que dans ces deux livres, Foucault opère une archéologie des formations discursives. Je dirais que pour Foucault, notre rapport aux choses reste prisonnier du discours, de l’arbitraire des régimes discursifs. Je donnerais l’exemple suivant.

Lorsque je dis que dimanche, je me suis promené dans les bois et que ce rapprochement avec la nature m’a fait beaucoup de bien, j’énonce une vérité subjective sans me rendre compte qu’elle n’a pu advenir que parce qu’elle est sous-tendue par un régime discursif particulier, en l’occurrence le naturalisme. Une telle énonciation serait d’ailleurs susceptible de surprendre un paysan cambodgien, qui ne saisirait pas bien l’intérêt « sanitaire » de ma démarche dominicale. Pour Foucault, si cette promenade dans les bois m’a réellement fait du bien, c’est parce que j’adhère sans en avoir conscience à un arbitraire discursif.

Continuer la lecture

Compte-rendu : Adell, N., Anthropologie des savoirs (2011)

Pour citer ce billet : “Quelques notes sur le chapitre 5 de l’ouvrage Anthropologie des savoirs (2011) de Nicolas Adell”, par Steven Prigent, publié sur Transmission, savoirs, savoir-faire et valeurs sociales le 27 novembre 2019. Lien : https://nyantri.hypotheses.org/487

Introduction

Au risque de considérer que toute recherche anthropologique traite inévitablement du savoir humain, Nicolas Adell avance ici en direction d’une anthropologie des savoirs, tels que ces savoirs, non dissociables de leurs sujets, sont énoncés dans des situations : dans quel contexte agissent les savoirs et par qui sont-ils agis ? En outre, ces savoirs ne sont jamais dissociés de l’action : tout savoir s’appuie sur un « faire », sur un bagage technique, ne serait-ce que pour son énonciation (puisqu’il existe des techniques du discours). Le savoir (knowing) se différencie de la connaissance (knowledge) par le fait que l’on ne saurait le distinguer des situations, des moments, des gestes, de l’acte en somme qui le met en œuvre, dans lequel il se déclare et sans lequel il est autre chose que du savoir. En somme, l’anthropologie des savoirs se veut résolument pragmatique.

L’anthropologie des savoirs s’articule autour d’une double dimension, en combinant les effets à la fois structurés et structurants des savoirs : l’impact de l’environnement social, naturel et symbolique du savoir (structuré) ; la manière dont le savoir contribue à organiser les humains et leurs institutions (structurant).

L’ouvrage opère une distinction importante entre d’une part les « savoirs ignorés », d’autre part les « savoirs exposés ». Les premiers renvoient aux savoirs incorporés, à cette « docte ignorance » qui caractérise les habitus, ces savoirs informels que l’on mobilise sans en avoir conscience. Les seconds peuvent s’exporter dans d’autres langages que ceux du corps (manuels, règles, etc.), ils sont rationalisés, conscientisés, formalisés. Les logiques régissant les processus de transmission diffèrent selon ces deux types de savoirs (incorporation, mimésis / enseignement, didactique). Continuer la lecture